Le procès Okintundu à Londres ne fait que s'étendre en longueur

Le procès du sénateur She Okitundu, ancien directeur du bureau du président de la république ne fait que s'étendre en longueur. Ce procès censé juger ceux accusés d’avoir battu et dénudé She Okitundu donne de la file à retordre aux juges britanniques qui ne font que le transférer d’une cour à une autre. A ce jour, le procès Okitundu est entendu par la troisième cour depuis son début au mois d’Octobre 2006. La dernière audience a eu lieu le 09 May dernier.

D’aucuns se demandent ce que ce procès cache réellement car le dernier juge l’a renvoyé au mois de septembre 2007 par manque de preuves et de témoins du ministère public. Les trois témoins en question sont supposés être les trois victimes qui avaient reçu les coups et avaient été déshabillés en pleine journée à Londres: She Okitundu, Henri Nsuana et Placide Mbatika. Malheureusement, aucun de ces messieurs n’est prêt à revivre la dangereuse expérience d’octobre 2006. C’est ainsi qu’ils ont fait recours à un home de paille, un certain Damas Kutu Kiwanga.

Damas Kutu Kiwanga est le premier conseiller de l’ambassade du Congo à Londres. Ce Monsieur a pris le risque de se compromettre en adressant une lettre à la police britannique où il a nommément cité un individu comme faisant partie du groupe qui avait tabassé le trio Okitundu. Peut-être croyait-il mieux faire et plaire à sa hiérarchie à Kinshasa. Mais malheureusement pour lui le juge britannique a considéré cette lettre comme étant l’unique pièce d’évidence. Chose grave, Damas qui n’était pas à l’endroit des événements du 11 octobre 2006 avance un nom qui contredit les déclarations faites par la victime Placide Mbatika. Le juge se trouvant devant deux prévenus, s’est vite rendu compte qu’aucun d’eux n’était l’individu accusé par le farfelu Damas Kiwanga. Le pauvre juge s’est vu contraint de renvoyer le procès au septembre 2007 pour manque de preuves. Le temps que le ministère publique comprenne la ruse de Damas Kiwanga.

On n’en dira jamais assez, il est plus que temps les diplomates et politiciens congolais deviennent sérieux. Comment alors comprendre que Damas Kiwanga se rabaisse au point de compromettre le cours normal de la justice? Quel que soit le montant ou les promesses qu’il aurait reçus de She Okitundu ou des autres membres du clan Kabila, Damas devra comprendre qu’il s’est mis dans des sales draps. D’autre part, les combattants lui reprochent d’utiliser son adresse de Luton (80 km en dehors de Londres) comme place de refuge des indésirables collabos qui viennent de Kinshasa et cherchent à échapper à la surveillance combattante.

Il est malheureux que Damas n’ait pas encore compris que l’époque du clientélisme politique est révolue. Le She sur qui il comptait vient d’échouer à la présidence du sénat. Le procès de sa nudité ne fait que capoter. Et le camion du sable roule droit sur sa voiture 4X4 sur Avenue Colonel Mondjiba. C’est peut-être là les éléments du signe indien. Surtout quand She se rappelle que son ‘singa ya loketo’ rouge était arraché et emporté lors des événements de Londres, il doit sûrement avoir quelque chaire de poule.

Peuple du Congo, ayons toujours à l’esprit que notre pays est toujours occupé et que sa libération commence par la fin de Kabila et de ses collabos.

RESISTANCE CONGOLAISE  

Vos commentaires au: www.resistancecongo.afrikblog.com