La chancellerie congolaise au Royaume-Uni est devenuE célèbre par les visites plutôt singulières que lui payent ses ressortissants basés à Londres : les terribles résistants. La dernière en date est la descente des résistants congolais à la recherche de leur nouvel ambassadeur.

En effet, c’est aux alentours de 3H25’ dans la nuit du mardi 10 juillet à mercredi 11 juillet que l’histoire a commencé. Un groupe des combattants est descendu occuper l’ambassade de la RDC, Située sur Grays Inn, dans le quartier de Kings-Cross. Ces combattants auraient appris par des sources encore non vérifiables que Bizima Karaha atterrissait à Londres le mercredi 11 juillet à 10H00 pour prendre fonction d’ambassadeur du Congo au Royaume-Uni. Cette simple nouvelle a suffi pour provoquer l’insomnie des combattants qui décidèrent de prendre position sur le lieu en dépit de l’heure tardive. La pilule paraissait tout à fait amère pour ces braves fils du pays qui ne comprenaient pas comment un sujet rwandais pouvait les représenter comme ambassadeur au pays de la « Queen Elisabeth the second ».

Nos voyants combattants ont fait leur veillée d’arme (à mains vides) jusqu’au grand matin. Les autres résistants ayant appris la nouvelle, se sont vite mis en besogne pour aller les relever. La situation était toutefois calme à l’ambassade où les fonctionnaires n’étaient nullement inquiétés. Le groupe qui est venu le matin est parti droit s’enquérir de la situation auprès des agents de l’ambassade. Ces derniers affirmèrent qu’ils n’étaient pas officiellement informés de l’arrivée de Bizima Karaha. Les résistants ont gentiment accepté leur explication et leur ont demandé un petit service :  « nous vous prions simplement de transmettre à Bizima Karaha où qu’il se trouve que les propriétaires de cette ambassade sont déjà à sa recherche. S’il a encore un peu de bon sens, il resterait sagement à coté de son frère rwandais, l’occupant Kanambe ». A ces mots, les résistants sont sortis faire la garde à l’extérieur de l’ambassade.

C’est alors que surgirent trois motos et une voiture de la police. Pénards, les résistants ont continué leur conversation comme si de rien n’était. Les six policiers qui entrèrent dans l’ambassade n’ont sûrement rien compris du vrai motif de leur appel. Mais comme ils sont déjà habitués aux bévues de cette représentation diplomatique, ils ne pouvaient que donner leur langue au chat. Cela ne pouvait néanmoins leur empêcher de relire mentalement le catalogue des prouesses de cette chancellerie : l’unique ambassade qui se trouve dans le quartier de la drogue et prostitution ; l’unique ambassade où un diplomate encore en fonction demande l’asile politique ; l’unique ambassade où la camera de surveillance n’était que de fantaisie et ne pouvait aider le jour de l’incendie ; l’unique ambassade où l’ancienne ambassadrice se trouve être un sujet britannique d’origine congolaise ; l’unique ambassade où le probable nouvel ambassadeur se trouve être un sujet RWANDAIS d’origine RWANDAISE…et que sais-je encore !

Qu’à cela ne tienne, les résistants de Londres ont certainement passé un message clair à qui s’hasarderait de jouer à « l’ambassadeur plénipotentiaire » du Congo au Royaume-Uni. Il faudra bien qu’il soit un VRAI CONGOLAIS. Nous ne voulons pas de quelqu’un qui jouerait le rôle du consul de l’ambassadeur du Rwanda au Royaume-Uni mais en hissant le drapeau congolais. Please watch your back !

Babundeli Mboka

RESISTANCE CONGOLAISE