Une tension très vive règne en ce moment au sein de la résistance congolaise à Londres. La raison en est le passage éclair dans cette ville il y a quelques jours de Me Gabriel Banza, conseiller de l’imposteur Kanambe. Mais plus grave encore est la nature du colis avec lequel il a atterri à l’aéroport de N’djili. Et ce curieux bagage n’est autre que le Dr. Muzong Kodi.

Les résistants et combattants se posent mille et une question sur l’importance que revêt ce mystérieux individu au point que Kanambe prenne le risque de dépêcher un de ses conseillers le chercher à Londres. Faisant allusion au risque encouru, nous n’allons pas revenir ici sur la nature de traitements réservés en général aux kanambistes par nos compatriotes de Londres. L’ex-directeur du bureau de Kanambe a sûrement un dossier fourni là-dessus.

Si Kanambe porte un intérêt particulier sur Muzong, c’est puisque ce monsieur est son homme de paille auprès du milieu d’affaire britannique. Muzong cherche à restaurer l’image ternie de l’imposteur à Londres. Il utilise pour se faire sa qualité de chercheur dans l’institution britannique Chatham House. Il fait le lobbying de Kanambe grâce à l’organisation qu’il a montée et qui s’appelle ‘Britain Congo Forum’. Comme par hasard, cette organisation se trouve être financée par des entreprises britanniques fortement impliquées dans le pillage des richesses du Congo telles que BHP Billinton, Anglo-American Corporation, De Beers et autre Mwana Africa.

Chose curieuse, Dr Muzong n’est pas connu dans la communauté congolaise de UK. Et pour parer à cette insuffisance il a fait recours à son frère (dans le sens tribal du terme) Ackis Kituba. Ce dernier fut le leader de la communauté jusqu’au 30 juin 2006. Il s’était arrangé pour que Muzong soit l’homme vedette de la journée d’indépendance en faisant de lui l’orateur principal des événements. C’était aussi l’occasion pour le duo de tenter de légitimer l’imposteur Kanambe à Londres en plaçant sa photo sur l’affiche publicitaire du 30 Juin. Malheureusement pour eux, les vaillants résistants avaient vite compris leur jeu. C’est ainsi qu’Ackis Kituba fut sauvé par l’intervention rapide de la police. La célébration et la légitimation de Kanambe n’eurent pas lieu ; et l’inauguration baptismale de Muzong échoua.

Le voyage de Muzong à Kinshasa confirme une fois de plus l’exactitude de la vision du combat mené par nos compatriotes de Londres. Il est toutefois surprenant et insolite de constater que ce passage de Banza ait été précédé par une tentative de résurrection d’Ackis et ses acolytes. Est-ce une simple coïncidence ? L’avenir nous en dira d’avantage…  Il existe néanmoins une sagesse populaire qui déclare : « mentez, mentez….mais il en restera toujours quelque chose ». Il est temps que les collabos de Londres se rendent à l’évidence !

BABUNDELI MBOKA

RESISTANCE CONGOLAISE

Londres, le 30 Novembre 2007